Mumford & Sons; Babel

Tous les éléments sont là, mais…

**1/2Mumford & Sons; Babel babelcoverart-300x291

Ce quatuor de la Grande-Bretagne est voué à un bel avenir, pour ça, il n’y a pas le moindre doute.  Quand j’ai écouté pour la première fois leur album «Sigh No More», j’ai été sidéré par l’incroyable talent de ce groupe «folk/rock».  Le banjo, l’accordéon, le clavier, la mandoline, la guitare et j’en passe, se fusionnaient à merveille avec l’ensemble des voix des membres.  Découvrir cette bande d’Anglais, c’est plonger dans leur univers et leur atmosphère que personne ne peut rester indifférent.  On tombe en amour, littéralement avec eux.  Mais quand notre lune de miel est terminée, la routine s’installe.  Bien-sûr, on replonge dans des pièces comme Little Lion Man ou The Cave, mais vouloir la revivre au complet, non.  Avec «Babel», on est en terrain connu.  On est toujours envoûté par le prodige de leur musique.  On se laisse porter par des chansons comme Babel ou Lover Of The Light et on retombe en amour pour une seconde fois, mais cette deuxième tentative revient au même, parce que rien n’a changé.  Beaucoup trop de pièces douces à tempo lent et répétitif rapidement oubliées. Ce qui est frustrant (oui j’ai bien dit frustrant), c’est que d’un côté, on a droit à des morceaux incroyables  (I Will Wait est selon moi une des meilleurs chansons de cette année), mais dans l’ensemble, c’est beaucoup trop mou.  Ça manque de piquants.  On attend tellement de «Mumford & Sons» parce que nous réalisons leur potentiel et ce qu’ils sont voués à devenir, mais cette stabilité dans leur création fait craindre à l’ennui.  Ils devront briser cette habitude trop rapidement installée et faire preuve d’originalité comme eux seul peuvent témoigner pour nous refaire croire au grand amour.

Laisser un commentaire

Tatutime |
Maplaylist |
Fg12music |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Speedcorhefe
| Hillfloorinsei
| Somarante